Galerie

Besoin d’éclore

Instru :

Antonio Vivaldi’s Nisi Dominus – Opera (perfomed by Emmanuel Santarromana) OST Revolver

Texte :

Besoin d’air,
Besoin d’amour,
Besoin de faire,
Court..

Besoin d’exploser,
Si fort, si loin,
Jusqu’aux confins de l’humanité,
Besoin de rêver,
D’autre chose que la mort,
Entraîné a un rythme effréné,
Vers un mur de barbelés,
On déplore les désaccords,
Besoin de se transcender,
De fruits mûrs et de prospérité,
De s’extirper en dehors,
Ouais, besoin d’éclore..

Ouais, besoin d’éclore,
Et de soigneusement récolter,
L’aboutissement des semences éparpillées,
Et rigoureusement entretenues,
Besoin de mettre son cœur a nu..

Pour toucher l’essentiel,
Sentir vibrer l’éden,
Jusqu’au fond des veines,
Ce truc intergénérationnel,
Qui fait tomber les barrières,
Nous évade, nous emmène,
A l’arrière de la scène,
En escapade, en nous même,
Besoin de résoudre les causes de nos problème,
Enfouies sous nos masques,
Et nos corps déguisés,
Virer cette matière flasque,
Qui nous empêche de respirer!

Enfouies sous nos masques,
Et nos corps déguisés,
Virer cette matière flasque,
Qui nous empêche de respirer!

On ne sait pas de quoi sera fait demain,
Mais on s’en doute quand même un peu,
On connaît bien le refrain,
Si bien qu’on en devient paresseux..

On ne sait pas de quoi sera fait demain,
Mais on s’en doute quand même un peu,
On connaît bien le refrain,
Si bien qu’on en devient paresseux…

On se prend la tête pour pas grand chose,
Pour ça p’t’être même qu’on est des virtuoses,
En ce qui concerne les problèmes de fond,
C’est une toute autre affaire,
La fuite comme seule mission,
Et la bêtise pour bannière,
Pas étonnant qu’on pète des plombs,
En construisant nos propre barrières,
Normal qu’on nous compare a des bœufs ou des moutons,
Quand la tendance est de rester derrière,
Cloîtrer dans nos préjugés,
Prêts a tout pour faire carrière,
Enlacés par l’unique pensée,
Entre garde a vous et prières militaires,
Ce garde fou austère et sanguinaire,
Ce fascisme ambulant,
Qui donne aux hypocrites le rôle de militant, de bien pensant..
Qui dynamite le cœur des honnêtes gens,
Qui les discrédite…

Mais bien sûr la forme est plus intéressante,
D’ailleurs ici réside la cause,
On se force a voir la vie en rose,
Pour mieux ignorer nos mycoses,
Nos cancers et nos ecchymoses,
Parce qu’on n’a pas de visage,
Non.. Non, non, on n’a pas l’courage,
De se regarder en face,
Pas de reflet dans le miroir,
Juste un tour de passe passe,
Projetant la gloire du pouvoir,
Jusqu’à la surestime de soi,
On se rassure avec des mensonges,
Mais ça ne dure pas,
Voila pourquoi on plonge,
Pourquoi on y va tout droit,
On s’autodétruit au cas par cas,
Et puis aussi a grande échelle,
Pour des robots froids,
L’humanité se fait la belle,
Et ça continuera, ouais, ça continuera,
Jusqu’à ce qu’on dompte,
Cet ego brise tout,
Jusqu’à ce qu’on se rende compte,
Que ce qu’on recherche est en nous..

Jusqu’à ce qu’on dompte,
Cet ego brise tout,
Jusqu’à ce qu’on se rende compte,
Que ce qu’on recherche est en nous…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s