Archives de avril, 2015

Galerie

Mémoire

Il existe de nombreuses dimensions…

Parmi elles, certaines se trouvent dans l’espace,
d’autres dans la matière, d’autres dans le temps…

La mémoire, la mémoire est une sorte de passe partout…

Dans cet univers, le notre, le votre, le tiens, le miens,
la mémoire joue un rôle essentiel,
car elle le structure.

Le cœur semble mémoriser à l’infini tant qu’il vit,
la mémoire joue un rôle capital au plus profond de notre inconscient,
l’amour guide la mémoire, plus on s’éloigne de la vie, et plus on perd la mémoire…

Le temps peux l’altérer,
cela dit, elle n’a que faire du temps,
car dans l’absolu c’est elle qui lui permet d’exister,
idem pour l’espace et la matière,
la cause des causes,
s’y trouve,
parce qu’au plus profond de cette mémoire réside LA raison d’être,
en d’autres thermes,
le savoir nécessaire à la vie se trouve dans l’unité absolue.

L’exemple le plus proche, dans notre dimension humaine,
comme si notre inconscient collectif tendait à la représenter,
serait, d’après moi, Internet, le meilleurs outil mémoire existant…

L’être humain a inventé un support matériel & immatériel à la mémoire,
Internet permet de voyager à travers les dimensions parcourues par la mémoire,
du moins en apparence, car ce n’est pas LA ou LES mémoire(s),
mais juste un reflet illusoire des véritables sources…

Cela permet tout de même d’affiner l’observation de toutes les mémoires, de tous les souvenirs…

Mais en fait, d’où vient la mémoire?

Comment répondre à cette question, si c’est la mémoire qui permet à l’espace d’exister?

Vient elle de la source de l’univers, ou est ce l’inverse?

Est elle au delà de tout pour l’éternité?

C’est drôle, du point de vue de la mémoire, l’être humain ressemble à un bébé,
qui ne comprend pas encore trop bien comment se débrouiller,
avec ce truc étrange qui réagit par rapport à lui…

Publicités

Galerie

Constat

Bonjour,

permettez moi s’il vous plait d’établir un constat…

Alors voilà, vous admettrez peut être ce conditionnement imposé,
qui voudrait nous réduire à de simples objets robotisés, froids et morts…
Imposé? Imposé par qui? Par quoi? Pourquoi? Comment? Etc… À vous d’y répondre.
Cependant, que vous l’admettiez ou pas, si vous avez lu les lignes précédentes, qu’avez vous projeter?

Arf! ^,^’ Avez vous lu trop vite? Avez vous lu sans lire? Ai je mal écrit..?
Non, ça c’est impossible. Mouhahahahahah!!! :p
Bon alors, que voyez vous?
Prenez le temps…

L’être qui se mécanise ne dit plus bonjour, s’il vous plait, merci, pardon, il passe sans le moindre échange,
comme vidé du cœur jusqu’à la pupille, de l’étincelle de vie qui brillait en lui auparavant…

Mais attention, ce n’est pas tout, son apathie est induite, par un jeu de l’âne et de la carotte,
son attention doit rester fixée autre part, le taureau et la muleta,
la main droite qui s’agite et la gauche qui..

Qui vous plonge dans un bain de paradis répondant à tout vos caprices,
qui vous captive par un show toujours plus sublime, plus chaud,
tout en augmentant la température réelle de votre bain,
et ce, jusqu’à ébullition et fin de la cuisson,
reste plus que le mot magique!

Quoi? Vous n’avez pas remarquez? Allé, faites un petit effort!
Je parlais de « l’être qui se mécanise », de « son apathie »,
et j’en suis arriver à parler non pas de lui,
mais de vous, et pourtant…

L’air de rien, ce n’est plus lui mais vous qui avez plongé dans ce bain.

Il me semble que plus l’être vivant cherche à comprendre le mort vivant, plus il le devient…

Pourquoi cela? Parce qu’il ne sait pas ici & maintenant…
Est ce ici & maintenant qui le sait..?

Tout savoir, tout contrôler, tout prendre, tout gagner,
vivre pour l’éternité, jouir sans discontinuité,
telles sont ses « modestes » priorités…

Savez vous? Pourrait on dire que son apathie, au delà d’inhiber toute forme de volonté propre,
l’empêche de répondre à ses besoin vitaux, et à ceux de la toile dont il n’est qu’un fil, pour au contraire leur nuire,
réduisant à néant toute remise en question, tout sens critique, tout bilans, intuitions, amour, créativité, finesse d’esprit, sagesse, etc…
Au profit de la bêtise humaine, la bassesse, la lâcheté, la trahison, les défauts de l’égo, les faiblesses de l’enfant gâté,
dans une fuite en avant continuelle n’ayant pour but que l’achèvement de la succion de sa moelle,
comme un enfant aspirerait à l’aide d’une paille le contenu d’une brique de lait..?

Bref, c’est peut être imprécis, exagéré, mal dit, déformé, ou que sait je encore,
mais pour en revenir au mauvais conditionnement imposé,
je constate qu’il privilégie la quantité à la qualité.

Se profond déséquilibre se ressent en chacun(e) de nous,
dans différentes mesures, sous différentes formes,
mais il se ressent, il est perceptible, il existe,
dans la réalité que nous partageons…

Pensez au cynisme qui s’immisce en chacun(e) de nous à cause de toutes ces « lumières aveuglantes » qui nous entourent,
et bien sachez qu’au fond de vous se trouve la réponse à ce cynisme, serait elle capable de briller elle aussi?

Prendre du recul, voir les choses sous un autre point de vue, penser d’une autre manière,
faire une pause, méditer, remonter dans le temps au confins de ses souvenirs…
Voilà quelques pistes idéales pour résoudre un éventuel casse-tête.

Sommes nous capable de virer les trolls qui règnent en nous?

Maintenant souvenez vous… Je vous parlais de vous avant de parler de lui…
Et avant encore je parlais de moi, enfin de mon constat, et vous & moi, c’est cela nous…

Le constat étant que ce mauvais conditionnement imposé aux êtres vivants privilégie la quantité à la qualité.

S’il vous plait reposez vous la question : Sommes nous capable de virer les trolls qui règnent en nous? (suite…)